Couette et gibier

À l’entrée du parc national du Canada de la Mauricie, l’Auberge du Trappeur multiplie les expériences à saveur autochtone. Avec ses 10 chambres, ses chalets et ses tipis en écorce de bouleau, elle est une halte originale où l’on se délecte de poisson frais et de gibier de toutes sortes : caribou, cerf, bison et sanglier figurent au menu, été comme hiver. Dès les premières lueurs du jour, on se dirige au lac du Fou pour l’observation de l’orignal dans son habitat naturel. À la brunante, on prend position en hauteur, dans le poste de guet aménagé pour observer l’ours noir en toute sécurité. L’été, canotage et randonnée pédestre sont au programme pendant que motoneige, raquette et traîneau à chiens prennent la relève durant l’hiver.

Amérindien jusqu’au bout du couteau

De la maison longue à la tente de sudation, on plonge ici dans cinq mille ans d’histoire autochtone. Sur le site de Mokotakan, des reproductions d’habitations de 11 nations québécoises incluent l’abri du sorcier — les enfants vont adorer ! — et la maison «enterrée», question de se protéger du froid durant l’hiver. Autour du feu, des guides amérindiens aux airs de grands shamans partagent avec enthousiasme leurs légendes et le savoir d’un peuple plus vrai que nature.

Auberge Refuge du Trappeur